Mespilus germanica

NEFLIER - MELIER

Mespilus : mespililos, nom de cet arbre en grec.
Germanica : du latin ‘Germanicus’, Allemagne

Autrefois, Mespilus germanica était présent dans tous les jardins. Il mérite encore sa place, même si l'on n'aime pas les fruits, car ses fleurs et ses couleurs d'automne sont très attractives.

Port : petit arbre à port ovoïde à étalé, branches sinueuses entremêlées. La cépée est la forme la plus naturelle, mais il est possible de le conduire en tige remontée soit naturellement, soit par greffe sur une autre essence. Il est généralement gref-fé sur aubépine, mais il peut aussi être greffé sur poirier et cognassier.
Rameaux : brun gris, pubescents au début, un peu épineux chez l'espèce sauvage.

Ecorce : brun clair se fissurant en petites écailles à terme.

Feuillage : feuilles caduques, simples, oblongues, de 5 à 12 cm de long, molles. Vert sombre dessus, pubescentes et plus claires dessous se colorant en orange et rouge à l'automne. Ombrage moyen.

Floraison : de mai à juin apparition de fleurs isolées, terminales, blanches, de 3 à 4 cm de diamètre. Mellifère.

Fructification : d'octobre à novembre, fruits ovoïdes, conservant les sépales de la fleur à leur sommet, marrons à maturité, de 2 à 3 cm pour l'espèce sauvage, de 3 à 5 cm pour les variétés greffées. Les nèfles sont comestibles après les premières gelées, lorsqu'elles sont blettes (et non pourries. Elles sont trop astringentes avant). Elles se consomment fraîches, en confiture et sont riche en vitamines C. Les nèfles de l'espèce sauvage sont petites, mais elles ont plus de saveur que celles des variétés cultivées. Elles sont aussi attractives pour les oiseaux. Les fruits peuvent être gênant lorsqu'ils jonchent les sols
minéraux.

Climat : bonne résistance au froid. Il aime la chaleur qu’il supporte même lorsqu’elle est forte. Il apprécie le plein soleil et supporte la mi-ombre, par contre l'ombre ne lui convient pas.

Usages et comportement : sa vitesse de croissance est assez lente et il a une espérance de vie d'environ 50 à 80 ans, parfois d’avantage. Il peut être planté en isolé, en étage intermédiaire ou haut de haie champêtre. Il accepte l’atmosphère urbaine.

Sol : il supporte les sols superficiels, compacts ; Il apprécie les sols légers, acides et secs. Par contre les substrats trop basiques et gorgés d'eau de façon temporaire ou permanente ne lui conviennent pas. A l’état sauvage, il se rencontre surtout sur les sols acides à neutres, frais à assez secs. Les plants greffés sur aubépine ont l’exigence de cette essence : ils n’apprécient pas les sols trop secs ou trop humides et se développent dans tous les autres.

separateur

Caractéristiques vécus

Volume : Moins de 6 m
Ports naturel adult : Ovoïde
Feuilles : Décoratives en automne
Esthetiques : FLEURS DÉCORATIVES
IDF : 1 à 6
USDA : 5b
Luminosite : Soleil , Mi-ombre
Utilisation : Tige remontée , Cépée , France , Oiseaux , Mellifère , Fruits comestibles
Profondeur : Superficielle
Structure : Compact , Léger
Acidite : Acide
Eau : Sec

separateur

AUTRES INFORMATIONS

Origine : Il est indigène en France et dans une bonne partie de l'Europe.

Conseils pour la plantation : il est facile à trouver dans les pépinières en variété greffée, plus difficilement en plant issu de semis.

Taille de formation : Il n'est pas très facile à former en haute tige du fait de son port buissonnant. La formation en tige deman-de des soins réguliers, pour dégager une flèche et maîtriser les basses branches.

Conseils d’entretien : Eliminer au fur et à mesure les éventuels rejets au collet du porte-greffe.

separateur

GALERIE D’IMAGES

separateur

 

separateur
separateur