Trachycarpus fortunei

PALMIER DE CHINE - PALMER A CHANVRE

trachycarpus : du grec trachys, rude, âpre et carpos, fruit, car
les fruits ont une saveur âpre
fortunei : du nom de Robert Fortune, qui a contribué à faire
connaître ce palmier en Europe

Trachycarpus fortunei est le seul palmier qui peut être planté
sur une large partie du territoire français. Il donne une touche
exotique, dont il ne faut cependant pas abuser, sous peine de
banalisation des paysages...

Port : port typique du palmier. Long stipe (« tronc ») dégarni surmonté d'un bouquet ouvert de feuilles, les plus vieilles sèchent
et retombent sous les plus récentes dressées ou obliques. La tige remontée est la forme naturelle et incontournable de la plante
adulte.

Ecorce : le stipe est recouvert d'un épais réseau de fibres entrelacées, brun foncé, recouvrant les gaines foliaires encore
présentes.

Feuillage : persistant. Feuilles en éventail, plissées, profondément divisées en nombreux segments rigides, fendus et souvent pliés
à leur extrémité. Elles sont très grandes (jusqu'à plus d'1 m de diamètre). Elles sont vert foncé dessus, plus clair et glauque
dessous. Ombrage moyennement dense.

Floraison : en juin juillet présence de petites fleurs jaunes groupées en grandes panicules serrées et ramifiées, de 30 à 50 cm de
long. Elles apparaissent au milieu du bouquet de feuilles.

Fructification : en automne, nombreux fruits globuleux réunis en grappes, bleu foncé à noir de 1cm de diamètre. Les fruits sont
appréciés par les oiseaux.

Climat : bonne résistance à la chaleur mais gèle à des températures inférieures à - 16° C si elles sont prolongées. Ne pas enlever
les fibres sur le stipe, car il perd 2 ou 3 °C de résistance au froid. Le palmier peut être emballé (ce qui n’est pas esthétique) ou
rentré dans une orangerie dans les régions les plus froides. Il accepte le plein soleil et la mi-ombre, par contre l'ombre ne lui
convient pas. Les feuilles peuvent être déchirées par les vents violents dont il doit être abrité. Il demande une humidité
atmosphérique minimale. Ce palmier est, a priori, le plus rustique de tous ceux proposés en pépinières.

Usages et comportement : sa croissance est lente et sa longévité moyenne. Il peut être planté isolé, en petit alignement, en
bosquets espacés et en étage haut de massif. En ville, il est fragile face au vandalisme car les fibres du stipe prennent facilement
feu. Plusieurs papillons nouvellement introduits peuvent causer de graves dégâts. Il peut être planté en bac où son
développement est moins important. Le palmier crée une touche tropicale dont il ne faut pas abuser dans les régions moins
chaudes. A utiliser avec parcimonie, donc.

Sol : il supporte tous les types de sols (superficiels, compacts, légers, acides, basiques, secs et gorgés d'eau de façon
temporaire).

separateur

Caractéristiques vécus

Volume : Entre 6 à 10 m
Ports naturel adult : Sphérique
Feuilles : Persistantes
Esthetiques : FLEURS DÉCORATIVES
IDF : 1 à 4 et 7
USDA : 7
Luminosite : Soleil , Mi-ombre
Utilisation : Tige remontée , Oiseaux
Profondeur : Superficielle
Structure : Compact , Léger
Acidite : Acide , Basique
Eau : Sec

separateur

AUTRES INFORMATIONS

Origine : Chine. Introduit en 1851 à Paris.

Conseils pour la plantation : il est courant en pépinière. Il est recommandé de le planter en motte au printemps.

Conseils d’entretien : la taille d'entretien consistent à couper périodiquement les feuilles desséchées, en laissant la base du pétiole sur le stipe.

Anecdote : en Chine, les fibres du stipe et des feuilles sont utilisées pour confectionner des nattes ou des vêtements grossiers, les feuilles entières pour faire des chapeaux et des éventails.

separateur

GALERIE D’IMAGES

separateur

 

separateur
separateur