Laburnum anagyroides

CYTISE AUBOUR - FAUX EBENIER

Laburnum : du latin alburnum (bois blanc)
anagyroides : qui ressemble à l'Anagyre (Anagyris foetida), arbrisseau méditerranéen de la même famille des Fabacées.
Le bois de cœur, en vieillissant, prend la couleur brun foncé à noire de l'ébéne.

Laburnum anagyroides est l’un de nos grands arbustes indigènes qui offre la floraison la plus spectaculaire, avec ses nombreuses grappes de fleurs jaunes. Attention néanmoins à sa toxicité.

Port : arbuste à port ovoïde, sans tronc dominant, à rameaux dressés et souples. Adulte, il a un port plus buissonnant, plus large en haut du houppier, avec des branches ascendantes puis arquées. La cépée est la forme la plus naturelle et la plus adaptée. Il est cependant possible de le conduire en tige branchue ou en tige remontée. Sous cette forme imposée, le système racinaire ne permet pas toujours une bonne stabilité et les rejets de souche sont fréquents.

Rameaux : verdâtres ou grisâtres, duveteux la première année, puis brun jaune.

Ecorce : lisse, longtemps verte puis brun jaune, à lenticelles marquées et petites plaques orangées.

Feuillage : feuilles caduques, composées, palmées, à 3 folioles ovales, vert grisâtre dessus, glauques ou argentées et pubescentes dessous. Coloration jaune en automne. Ombrage moyennement dense.

Floraison : en mai juin, importante floraison jaune. Fleurs papillonnacées, en grappes pendantes de 20 à 25 cm de long, très nombreuses. Mellifère. Les fleurs sont toxiques. Ne pas les confondre avec les fleurs du Robinier faux-acacia qui sont, elles, comestibles (beignets).

Fructification : gousses pendantes, en grappes vertes puis noirâtres à maturité, de 10 à 12 cm de long, contenant de petites graines noires. La fructification est visible dès la fin d'été, en automne et elle persiste souvent en hiver. Les graines sont très toxiques, comme l’ensemble de la plante.

Climat : résistance assez bonne au froid et bonne résistance à la chaleur. Il préfère les situations chaudes et ensoleillées. Il supporte bien les périodes de sécheresses estivales. L'ombre et la mi-ombre ne lui conviennent pas.

Usages et comportement : très rustique, sa croissance est assez rapide et il a une durée de vie courte (30 à 50 ans). Il s'agit d'une plante pionnière qui est intéressante pour fixer les sols des talus et pour coloniser les milieux pauvres et séchants, grâce à ses racines porteuses de nodosités qui fixent l'azote de l'air. Compte tenu de sa toxicité, ne pas le planter dans des lieux accueillant des enfants. Il est sensible aux pucerons. Ses fleurs peuvent être utilisées dans des bouquets (réaliser les prélèvements avec parcimonie).

Sol : très accommodant, il supporte les sols superficiels, légers et secs. Il convient pour les sols basiques et s'adapte même aux sols les plus calcaires (craie). Les substrats compacts, acides et gorgés d'eau de façon temporaire ou permanente ne lui conviennent pas. A l’état sauvage, il est présent surtout sur les sols basiques et secs.

separateur

Caractéristiques vécus

Volume : Moins de 6 m
Ports naturel adult : Ovoïde
Esthetiques : FLEURS DÉCORATIVES
IDF : 1 à 7
USDA : 5b
Luminosite : Soleil
Utilisation : Tige remontée , Cépée , France , Mellifère
Profondeur : Superficielle
Structure : Léger
Acidite : Basique
Eau : Sec

separateur

AUTRES INFORMATIONS

Origine : indigène dans l'est de la France et subspontané ailleurs, il se trouve sur tout le pourtour nord de la région méditerranéenne.

Conseils pour la plantation : cette essence est courante en pépinière, elle est plus rare sous forme de tige.

Conseils d’entretien : Sur les arbres-tiges, les rejets de souche doivent être éliminés régulièrement.

Taille de formation : La formation en tige est délicate et peu souhaitable. Il est difficile à former en tige du fait de son port ramifié buissonnant.

separateur

GALERIE D’IMAGES

separateur

 

separateur
separateur