Prunus cerasifera (Prunus myrobolan)

PRUNIER MYROBOLAN

Prunus : prunier en latin
cerasifera : qui porte des cerises en latin. En référence aux fruits de l'espèce sauvage originelle.
myrobolan : correspondait autrefois au nom d’espèces de fruits séchés utilisés en pharmacie. Du grec ‘muron’, parfum et ‘balanos’, gland.

Prunus cerasifera accepte pratiquement toutes les conditions de sol et de climat. Il est l'un des premiers arbres à fleurir au printemps, ses fruits sont très décoratifs et parfois délicieux.

PRUNIER MYROBOLAN - Cépée
PRUNIER MYROBOLAN - Cépée © CAUE77 & Arboretum de la Petite Loiterie

Port : petit arbre à port ovoïde puis plus ouvert et étalé avec l'age. Il est très ramifié. La cépée lui convient bien, il peut aussi être conduit en tige remontée. Il est souvent mené en haie champêtre taillée. Il supporte bien la tonte.

Rameaux : verts, pubescents, souvent munis après quelques années de rameaux courts épineux (fausses épines).

Ecorce : brun rouge, écailleuse.

Feuillage : feuilles caduques, simples, ovales, dentées de 4 à 6 cm de long, gardant leurs stipules. Elles sont vert brillant dessus, plus clair dessous, puis jaunes en automne.

Floraison : en mars avril, avant la feuillaison, nombreuses fleurs isolées ou en petits groupes, blanches de 2 à 3 cm de diamètre. Mellifère.
Fructification : de juin à août selon les arbres, prunes globuleuses ou ovoïdes, de 2 à 4 cm de diamètre. Couleurs variées (jaunes, rouge pâle, rouge sang, ...). La qualité gustative des prunes varie d'un arbre à l'autre, certaines sont très bonnes. Elles sont assez attractives pour les oiseaux.

Climat : bonne résistance au froid et à la chaleur. Il supporte la sécheresse et la forte humidité. La floraison très précoce craint les gelées de printemps. Il apprécie le plein soleil à condition que la situation ne soit pas trop brûlante et n'altère pas l'écorce. Il se contente aussi de la mi-ombre. Il résiste bien au vent et s’adapte au climat urbain.

Usages et comportement : très rustique, sa croissance est rapide et il peut vivre de 40 à 80 ans. Il peut être planté en isolé ou inclus dans la composition des haies champêtres.
Ses branches sont relativement fragiles. Elles cassent assez facilement, notamment lorsque la fructification est abondante. Il est sensible à la moniliose (Monilia laxa) lors des printemps doux et humides. Il est l'hôte des pucerons. Il est sensible à la maladie du plomb qui fait dépérir ses branches. Les champignons lignivores colonisent facilement les plaies de tailles ou de rupture de branches. Il drageonne beaucoup. Cette espèce est utilisée (parmi d'autres) comme porte greffe des pruniers fruitiers pour les terrains calcaires.

Sol : il a la qualité appréciable de supporter tous les sols (superficiels, compacts, légers, acides, basiques, secs, frais et même hydromorphes).

separateur

Caractéristiques vécus

Volume : Entre 6 à 10 m
Ports naturel adult : Ovoïde
Esthetiques : FLEURS DÉCORATIVES , FRUITS DÉCORATIFS
IDF : 1 à 8
USDA : 5
Luminosite : Soleil , Mi-ombre
Utilisation : Tige remontée , Cépée , Oiseaux , Mellifère
Profondeur : Superficielle
Structure : Compact , Léger
Acidite : Acide , Basique
Eau : Sec , Hydromorphe

separateur

AUTRES INFORMATIONS

Origine : il est originaire d'Asie. Il fut introduit en France au début du XVIe siècle.
Conseils pour la plantation : il est courant dans les pépinières en jeunes plants mais rare en tige.

Taille de formation : la formation en tige est assez facile à condition de maîtriser les branches latérales qui cherchent généralement à concurrencer la flèche.

Conseils d'entretien : éliminer au fur et à mesure les rejets au collet des tiges et les drageons.

separateur

ESSENCES APPARENTÉES

Prunus blireana et Prunus cerasifera nigra

separateur

GALERIE D’IMAGES

separateur

 

separateur
separateur