Pinus mugo var. pumilio

PIN DE MONTAGNE - PIN MUGO

Pinus : du celte pen, la tête
mugo : nom de ce pin au Tyrol

Cette essence regroupe plusieurs formes, parmi lesquelles Pinus mugo var. mughus et Pinus mugo var. pumilio. Ces dernières appellations sont plus utilisées dans le monde horticole que chez les botanistes...

Pinus mugo est un pin de petit développement, au port naturellement irrégulier. C’est un des rares pins sauvages européen de dimensions modestes, donc adapté à des espaces restreints.

Port : petit arbre au port étalé, variable selon les origines des semences. Chez les jeunes arbres, les branches principales se redressent rapidement. A l'age adulte, il a un ou plusieurs troncs principaux nettement dressés.
Cette essence au port irrégulier peut être conduite en tige branchue; pour la même raison, la cépée convient bien aussi lorsque plusieurs troncs sont naturellement présents. Il est aussi possible de le conduire en tige remontée à condition d'être très patient.

Rameaux : bruns, assez fins, glabres.

Ecorce : gris-brun, à écailles assez minces.

Feuillage : persistant. Aiguilles serrées, groupées par deux dans une gaine, légèrement courbées, de 3 à 5 cm de long, vert foncé. Ombrage assez dense.

Floraison : en juin, fleurs mâles abondantes en petits chatons jaunes groupés à la base des pousses. Fleurs femelles terminales, petites, pourpre.

Fructification : cônes ovoïdes, de 4 à 5 cm de long, bruns à maturité. Les cônes, moyennement abondants, mûrissent en deux ans puis ils chutent.

Climat : très bonne résistance au froid. Il apprécie plein soleil, par contre il faut éviter de le planter à l'ombre et à la mi-ombre. Il résiste au vent.

Usages et comportement : très rustique, sa croissance est lente mais il est longévif. Son port irrégulier ne le prédispose pas à la conduite en tige. Il peut être planté isolé, en étage haut de massif arbustif ou sur une grande rocaille. Il peut être attaqué par les chenilles processionnaires du pin. Il est sensible au pourridié dans les sols trop humides. Il est utilisé pour lutter contre l'érosion des sols de montagne qu’il stabilise. Le pollen peut être légèrement allergisant ; la pollinisation est intense en mai.

Sol : très tolérant, il supporte tous les sols (superficiels, compacts, légers, acides, basiques et secs) sauf les substrats gorgés d'eau de façon temporaire ou permanente. Il a le grand avantage de supporter les sols pauvres et caillouteux.

separateur

Caractéristiques vécus

Volume : Moins de 6 m
Ports naturel adult : Étalé
Feuilles : Persistantes
IDF : 1 à 8
USDA : 3
Luminosite : Soleil
Utilisation : Tige remontée , Cépée , France , Ombrage dense
Profondeur : Superficielle
Structure : Compact , Léger
Acidite : Acide , Basique
Eau : Sec

separateur

AUTRES INFORMATIONS


Origine : indigène en Europe, dans les Alpes entre autres, exclusivement en altitude. Les populations naturelles à l'état sauvage sont très rares en France.

Conseils pour la plantation : en pépinière, il est courant en forme libre mais bien plus rare en tige. Il est recommandé de le planter en motte au printemps ou en automne, comme tous les persistants.

Taille de formation : l'idéal serait de le laisser libre. La conduite en tige remontée impose de dégager une seule flèche et de maîtriser les basses branches en attendant de les éliminer.

Collection de référence visible :
Domaine Botanique de la Croix Verte – Les Noues 79300 Beaulieu-sur-Bressuire

separateur

GALERIE D’IMAGES

separateur

 

separateur
separateur